La didaché

Les deux Voies

 

I

 1. Il y a deux voies, l’une de la vie, l’autre de la mort ; mais la différence est grande entre ces deux voies.

2. Or la voie de la vie est la suivante : « D’abord, tu aimeras Dieu qui t’a fait ; en second lieu, ton prochain comme toi-même (Mt 22, 37-39 ; Cf.De 6, 5), et tout ce que tu ne voudrais pas qu’il t’advienne, toi non plus, ne le fais pas à autrui » (Cf.Mt 7, 12; /APCJ Tob 4, 15).

3. La doctrine exprimée par ces mots est la suivante : « Bénissez ceux qui vous maudissent, priez pour vos ennemis et jeûnez pour ceux qui vous persécutent ; car si vous aimez ceux qui vous aiment, quel gré vous en saura-t-on ? Même les païens n’en font-ils pas autant ? Mais vous, aimez ceux qui vous haïssent », et vous n’aurez pas d’ennemi (Cf.Mt 5, 44-47; Lu 6, 27, 32).

4. « Abstiens-toi des désirs charnels » (1P 2, 11) et corporels. « Si qu qu’un te donne un soufflet sur la joue droite, tends-lui aussi l’autre » (Mt 5, 39; Lu 6, 29) et tu seras parfait (cf. Mt 5.48). « Si quelqu’un te requiert pour une course d’un mille, fais-en deux avec lui (Mt 5.41) et si quelqu’un t’enlève ton manteau, donne-lui même ta tunique (cf. Mt 5, 40) ; si quelqu’un t’a pris ton bien, ne le réclame pas » car tu ne le peux pas.

5. « A quiconque te demande, donne et ne redemande rien » (Mt 5, 42; Lu 6, 30), le Père veut qu’il soit fait part à tous de ses propres largesses. Bienheureux celui qui donne selon le commandement, car il est irréprochable. Mais malheur à celui qui reçoit ; certes si quelqu’un se trouve dans le besoin et reçoit, il est irréprochable ; mais celui qui n’est pas dans le besoin devra rendre compte du motif et du but pour lesquels il a pris ; il sera mis en prison, interrogé sur sa conduite, et « il ne sortira pas de là, qu’il n’ait payé le dernier sou » (Mt 5, 26).

6. Mais il a encore été dit à ce sujet : « Que ton aumône se mouille de la sueur de tes mains, jusqu’à ce que tu saches à qui tu donnes. »

 

II

 1. Deuxième précepte de la doctrine :

2. « Tu ne tueras pas, tu ne commettras pas d’adultère » (Ex 20, 13-14; De 5, 17-18 ; cf. Mt 19, 18), tu ne séduiras pas de jeunes garçons, tu ne commettras pas de fornication, « tu ne voleras pas » (Ex 20, 15; De 5, 19 ; cf. Mt 19, 8), tu ne t’adonneras pas à la magie, tu ne feras pas mourir par le poison, tu ne tueras point d’enfants, par avortement ou après la naissance, « Tu ne convoiteras pas les biens de ton prochain » (cf. Ex 20, 7).

3. « Tu ne te parjureras pas (Mt 5, 33), tu ne porteras pas de faux témoignages » (Mt 19, 18; Ex 20, 16), tu ne tiendras pas de propos médisants, tu ne garderas pas de rancune,

4. tu n’auras pas deux manières de penser ni de parler, car la duplicité du langage est « un piège de la mort » (cf. Ps 21, 6).

5. Ta parole ne sera pas menteuse, ni vaine, mais remplie d’effet.

6. Tu ne seras pas avide, ni rapace, ni hypocrite, ni méchant, ni orgueilleux ; tu ne formeras pas te mauvais dessein contre ton prochain.

7. Tu ne haïras personne, mais tu corrigeras les uns, tu prieras pour certains, et les autres, tu les aimeras plus que ta propre vie.

 

III

1. Mon enfant, fuis tout ce qui est mal et tout ce qui lui est semblable.

2. Ne sois pas irascible, car la colère mène au meurtre ; ne sois ni jaloux ni querelleur ni violent, car de tout cela viennent les meurtres.

3. Mon enfant, ne sois pas convoiteux, car la convoitise mène à la fornication ; garde-toi des propos obscènes et des regards effrontés, car tout cela engendre les adultères.

4. Mon enfant, n’observe pas le vol des oiseaux, car cela mène à l’idolâtrie ; garde-toi des incantations, des calculs astrologiques, des purifications magiques ; refuse même de les voir et de les entendre, car tout cela engendre l’idolâtrie.

5. Mon enfant, ne sois pas menteur, car le mensonge mène au vol ; ni avide d’argent ou de vaine gloire, car tout cela engendre les vols.

6. Mon enfant, ne sois pas enclin aux murmures, car ils mènent au blasphème ; ne sois ni arrogant, ni malveillant; car tout cela engendre les blasphèmes.

7. Mais sois doux, car « les doux recevront la terre en héritage » (Mt 5, 5).

8. Sois patient, miséricordieux, sans malice, paisible, bon et « tremblant aux paroles que tu as entendues » (Esa 66, 2).

9. Tu ne t’élèveras pas toi-même, tu ne livreras pas ton âme à l’impudence ; ton âme ne s’attachera pas aux orgueilleux, mais tu fréquenteras les justes et les humbles.

10. Tu accueilleras les contrariétés qui t’adviennent comme autant de biens, sachant que rien n’arrive sans Dieu.

 

IV

 1. Mon enfant, souviens-toi, jour et nuit, te celui qui te fait entendre la parole de Dieu, et tu le vénéreras comme le Seigneur ; car là où sa souveraineté est annoncée, là le Seigneur est présent.

2. Tu rechercheras chaque jour les entretiens des saints, afin de te réconforter de leurs paroles.

3. Tu ne feras pas de dissensions, mais tu mettras la paix entre ceux qui se disputent. « Tu jugeras avec justice » (De 1, 16; Pr 31, 9), tu ne feras pas acception de la personne en reprenant les fautes.

4. Tu ne te demanderas pas en doutant si une chose arrivera ou non. Version géorgienne : tu ne douteras pas que Dieu jugera tous les hommes selon leurs œuvres.

5. N’aie pas les mains tendues quant il s’agit de recevoir, mais fermées quand il faut donner.

6. Si tu possèdes quelque chose grâce au travail de tes mains, donne pour racheter tes péchés.

7. Tu n’hésiteras pas pour donner, mais donne sans murmure. Tu reconnaîtras en effet (un jour) qui sait récompenser dignement.

8. Ne te détourne pas de l’indigent, mets au contraire tout en commun avec ton frère et ne dis pas que tu possèdes des biens en propre, car si vous entrez en partage pour les biens immortels combien plus devez-vous y entrer pour les biens périssables ? (cf. Ro 15, 27).

9. Tu ne retireras pas la main de dessus ton fils ou ta fille, mais dès leur enfance tu leur apprendras la crainte de Dieu.

10. Tu ne commanderas pas avec aigreur à ton esclave ou à ta servante qui mettent leur espérance dans le même Dieu que toi, de peur qu’ils ne perdent la crainte de Dieu qui est au-dessus des uns et des autres (cf. Ep 6, 9) ; car il n’appelle pas en faisant acception des personnes, mais il vient à ceux que l’Esprit a préparés.

11. Pour vous, esclaves, vous serez soumis à vos maîtres comme à une image de Dieu, avec respect et crainte (Ep 6, 5).

12. Aie en haine toute hypocrisie et tout ce qui déplaît au Seigneur.

13. Ne mets point de côté « les commandements du Seigneur, mais tu garderas » ceux que tu as reçus, « sans y ajouter ni en retrancher » (cf. De 4, 2; 13, 1).

14. Dans l’assemblée, tu confesseras tes manquements, et tu n’iras pas à ta prière avec une conscience mauvaise. Telle est la voie de la vie.

 

 V

 1. Mais la voie de la mort est celle-ci : avant tout elle est mauvaise et pleine de malédiction : « Meurtres, adultères, convoitises, débauches, vols, idolâtrie, pratiques magiques, empoisonnements, rapines, faux témoignages » (Mt 15, 19; Gal 5, 20), hypocrisie, duplicité du cœur, « fourberie, orgueil, méchanceté », arrogance, « cupidité », propos obscènes, jalousie, insolence, faste, « fanfaronnade », « absence de crainte » (cf. Ro 1, 29; Col 3, 8).

2. Persécuteurs des hommes de bien, ennemis de la vérité, amis du mensonge, ignorants de la récompense de la justice, qui ne sont pas « attachés au bien » (cf. Ro 12, 9), ni au juste jugement, en éveil non pour le bien mais pour le mal, loin de qui se tiennent la douceur et la patience, « qui aiment ce qui n’est rien » (Ps 4.3), « sont avides de profit » (Esa 1, 23), qui sont sans pitié pour le pauvre et ne se mettent pas en peine de l’affligé, ne reconnaissent pas leur propre créateur, « assassins des enfants » (APCJ Sag 12, 5), meurtriers par avortement de la créature de Dieu, qui se détournent de l’indigent, accablent l’opprimé, avocats des riches, juges iniques des pauvres, pécheurs de part en part ! Puissiez-vous, mes enfants, être préservés te tous ces gens-là !

 

VI

1. Veille à ce « que nul ne t’écarte » de cette voie de la Doctrine (cf. Mt 24, 4) ; car celui-là t’enseigne autrement que Dieu « ne le veut ».

2. Si donc tu peux porter tout entier le joug du Seigneur, tu seras parfait. Mais si tu ne le peux pas, du moins, ce que tu peux, fais-le.

3. Pour ce qui est de la nourriture, prends sur toi ce que tu pourras. Mais abstiens-toi complètement de la viande immolée aux idoles ; car c’est un culte rendu à des dieux morts (cf. Ac 15, 29; 1Co 10, 25-28).

 

Prescriptions rituelles et  liturgiques

VII

 1. Pour ce qui est du baptême, donnez-le de la façon suivante : après avoir enseigné tout ce qui précède, « baptisez au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit » (Mt 28, 19) dans de l’eau vive.

2. S’il n’y a pas d’eau vive, qu’on baptise dans une autre eau et à défaut d’eau froide, dans de l’eau chaude.

3. Si tu n’as ni de l’une ni de l’autre, verse de l’eau sur la tête trois fois « au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit ».

4. Qu’avant le baptême jeûnent le baptisant, le baptisé et d’autres personnes qui le pourraient ; du moins ordonne au baptisé de jeûner un jour ou deux auparavant.

 

VIII

1. Que vos jeûnes n’aient pas lieu en même temps que ceux des hypocrites (Mt 6, 16). Ils jeûnent en effet le lundi et le jeudi ; pour vous, jeûnez le mercredi et le vendredi.

2. « Ne priez pas non plus comme les hypocrites » (Mt 6, 5) ; mais comme le Seigneur l’a ordonné dans son évangile, priez ainsi : « Notre Père, qui es dans le ciel, Que ton nom soit sanctifié, Que ton royaume arrive, Que ta volonté soit faite, sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain quotidien,   Remets-nous notre dette Comme nous-mêmes aussi remettons à nos débiteurs. Et ne nous soumets pas à la tentation Mais délivre-nous du Mauvais, Car à toi appartiennent la puissance, et la gloire, pour les siècles ! » (Mt 6, 9-13).

3. Priez ainsi trois fois par jour.

 

IX

 1. Pour ce qui est de l’eucharistie, rendez grâces ainsi :

2. D’abord sur le calice : nous te rendons grâces, notre Père, Pour la sainte vigne de David ton serviteur, Que tu nous as fait connaître par Jésus ton serviteur, — A toi la gloire pour les siècles.

3. Puis, sur le pain rompu : Nous te rendons grâce, notre Père Pour la vie et la connaissance Que tu nous as fait connaître par Jésus ton serviteur. — A toi la gloire pour les siècles.

4. Comme ce pain rompu, d’abord dispersé sur les montagnes, a été recueilli pour devenir un. Qu’ainsi ton Église soit rassemblée des extrémités de la terre dans ton royaume, Car à toi appartiennent la gloire et la puissance « par Jésus-Christ » pour les siècles.

5. Que personne ne mange ni ne boive de votre eucharistie, si ce n’est les baptisés au nom du Seigneur ; car c’est à ce sujet que le Seigneur a dit : « Ne donnez pas ce qui est saint aux chiens » (Mt 7, 6).

 

X

 1. Après vous être rassasiés, rendez grâces ainsi :

2. Nous te rendons grâces, Père saint, Pour ton saint Nom Que tu as fait habiter dans nos cœurs Et pour la connaissance, la foi et l’immortalité Que tu nous as fait connaître par Jésus ton serviteur — A toi la gloire pour les siècles.

3. C’est toi, maître tout-puissant, « Qui as créé l’univers » (/APCJ Sag 1, 14; 18, 1) Pour « la gloire de » ton Nom Et qui as donné aux hommes la nourriture et le breuvage en jouissance, pour qu’ils te rendent grâces ; Mais nous, tu nous as gratifiés d’une nourriture et d’un breuvage spirituels et de la vie éternelle, par Jésus ton serviteur.

4. Par-dessus tout, nous te rendons grâces, car tu es puissant. — A Toi la gloire pour les siècles.

5. Souviens-toi, Seigneur, de ton Église, pour la préserver de tout mal Et la rendre parfaite tans ton amour. Et « rassemble-la des quatre vents » (Mt 24, 31), cette Église que tu as sanctifiée, Dans ton royaume que tu lui as préparé, Car à Toi appartiennent la puissance et la gloire pour les siècles.

6. Vienne la grâce et que passe ce monde ! — « Hosanna au Dieu de David » (Mt 21, 9. 15). — Si quelqu’un est saint, qu’il vienne ! Si quelqu’un ne l’est pas, qu’il fasse pénitence !  — «  Maran Atha », Amen (1Co 16, 22; Ap 22, 20).

7. Laissez les prophètes rendre grâces autant qu’ils le veulent.

8. La version copte insère ici la prière suivante : Dans la question des parfums, rendez grâces comme ceci en disant : « Père, nous te rendons grâces pour le parfum que tu nous as fait connaître par l’intermédiaire de Jésus ton fils : à toi, gloire éternellement ! Amen » (trad. L. Th. Lefort).

 

 Prescriptions  disciplinaires

 

XI

 1. Si donc quelqu’un vient à vous et vous enseigne tout ce qui vient d’être dit, recevez-le.

2. Mais si le docteur lui-même s’est perverti et enseigne une autre doctrine en vue de détruire, ne l’écoutez pas ; enseigne-t-il, par contre, pour accroître la justice et la connaissance du Seigneur, recevez-le comme le Seigneur.

3. Pour ce qui est des apôtres et prophètes, agissez selon le précepte de l’Évangile, de la façon suivante :

4. Que tout apôtre venant chez vous soit reçu comme le Seigneur.

5. Mais il ne restera qu’un seul jour, ou, en cas de besoin, un deuxième ; s’il reste trois jours, c’est un faux prophète.

6. Qu’à son départ l’apôtre ne reçoive rien, sinon assez de pain pour gagner un gîte. Mais s’il demande de l’argent, c’est un faux prophète.

7. En outre, vous n’éprouverez ni ne mettrez en doute aucun prophète parlant en esprit, car « tout péché sera remis, mais ce péché-là ne sera pas remis » (Mt 12, 31).

8. Toutefois quiconque parle en esprit n’est pas prophète, mais seulement s’il a les façons de vivre du Seigneur. C’est donc d’après leur façon de vivre que l’on discernera le vrai prophète du faux.

9. Ainsi, tout prophète qui ordonne, sous l’inspiration, de dresser une table, n’en mange pas, à moins certes qu’il ne soit un faux prophète.

10. Tout prophète qui enseigne la vérité, sans mettre en pratique ce qu’il enseigne, est un faux prophète.

11. Et tout prophète éprouvé, véridique, qui, pour « symboliser » le mystère terrestre de l’Église, se comporte « de façon insolite » mais sans enseigner les autres à faire ce que lui-même fait, ne doit pas être jugé par vous ; car c’est Dieu qui le jugera. D’ailleurs les anciens prophètes se comportèrent de même. 12. Mais quiconque aura dit sous l’inspiration : Donne-moi de l’argent, ou quelques autres choses, vous ne l’écouterez pas. Mais s’il aura dit de donner en faveur d’autres indigents, que personne ne le juge.

 

XII

 1. Quiconque « vient » à vous « au nom du Seigneur » doit être reçu (Mt 21, 9; Ps 117, 26) ; mais ensuite, après l’avoir éprouvé, vous saurez discerner la droite de la gauche : vous avez votre jugement.

2. Si celui qui vient à vous n’est que de passage, aidez-le de votre mieux. Mais qu’il ne reste chez vous que deux ou trois jours, si c’est nécessaire.

3. S’il veut s’établir chez vous et qu’il soit artisan, qu’il travaille et qu’il se nourrisse.

4. Mais s’il n’a pas de métier, que votre prudence y pourvoie, en sorte qu’un chrétien ne soit pas trouvé oisif chez vous.

5. S’il ne veut pas agir ainsi, c’est un trafiquant du Christ ; gardez-vous des gens de cette sorte.

 

XIII

1. Tout prophète authentique qui veut s’établir chez vous « mérite sa nourriture » (Mt 10, 10; 1Co 9, 7-14; 1Ti 5, 18).

2. De même le docteur authentique « mérite » lui aussi « sa nourriture comme l’ouvrier ».

3. Tu prélèveras donc les prémices de tous les produits du pressoir et de l’aire, des bœufs et des brebis et tu les donneras aux prophètes, car ils sont vos grands prêtres.

4. Et si vous n’avez pas de prophètes, donnez-les aux pauvres.

5. Si tu fais du pain, prélèves-en les prémices et donne-les selon le précepte.

6. De même, si tu ouvres une amphore de vin ou d’huile, prélève les prémices et donne-les aux prophètes.

7. De l’argent, des vêtements et de tout autre bien, prélève les prémices selon ton appréciation, et donne-les selon le précepte.

 

XIV

 1. Réunissez-vous le jour dominical du Seigneur, rompez le pain et rendez grâces après avoir, d’abord, confessé vos péchés, afin que votre sacrifice soit pur.

2. Mais celui qui a un différend avec son compagnon ne doit pas se joindre à vous, jusqu’à ce qu’ils se soient réconciliés, pour ne pas profaner votre sacrifice. 3. Car telle est la parole du Seigneur : « Qu’en tout lieu et en tout temps, on m’offre un sacrifice pur, car je suis un grand roi, dit le Seigneur, et mon Nom est redoutable parmi les nations » (Mt 1, 11. 14).

 

XV

 1. Ainsi donc, élisez-vous des évêques et des diacres dignes du Seigneur, des hommes doux et désintéressés, véridiques et éprouvés ; car eux aussi exercent pour vous le ministère des prophètes et docteurs.

2. Ne les méprisez donc pas, car avec les prophètes et docteurs ils sont ceux d’entre vous qui sont à l’honneur.

3. Reprenez-vous les uns les autres, non avec colère, mais pacifiquement, comme vous le tenez de l’Évangile (cf. Mt. 5, 22-26; 18, 15-35. 40), et si quelqu’un offense son prochain, que personne ne lui parle, qu’il n’entende pas un mot de vous, jusqu’à ce qu’il ait fait pénitence.

4. Pour vos prières, vos aumônes et toutes vos actions, faites-les comme vous le trouvez marqué dans l’Évangile de notre Seigneur.

 

XVI

 1. « Veillez » sur votre vie ; ne laissez pas s’éteindre vos lampes, ne laissez pas se détendre la ceinture de vos reins, mais « soyez prêts, car vous ne savez pas l’heure à laquelle viendra notre Seigneur » (Mt 24, 42-44; 25, 13; Lu 12, 35).

2. Assemblez-vous fréquemment pour rechercher ce qui intéresse vos âmes, car tout le temps de votre foi ne vous servira de rien si vous n’êtes pas devenus parfaits au dernier moment.

3. Aux derniers jours, les faux prophètes et les corrupteurs se multiplieront, les brebis se changeront en loups, et l’amour se changera en haine.

4. Car, à la suite du progrès de l’iniquité, les hommes se haïront les uns les autres, ils se poursuivront, ils se trahiront et alors paraîtra le séducteur du monde, se donnant pour le fils de Dieu, et il fera « des signes et des prodiges » (Mt 24, 24; 2Th 2, 9; Ap 13, 2. 13; 19, 20), et la terre sera livrée entre ses mains et il fera des iniquités telles qu’il n’y en eut jamais depuis le commencement des siècles.

5. Alors la créature humaine entrera dans le feu de l’épreuve, et « beaucoup succomberont » et périront (Mt 24.10), mais « ceux qui auront tenu bon » dans leur foi « seront sauvés » par celui-là même qui aura été un objet de malédiction Version géorgienne : seront sauvés du maudit lui-même (Mt 10, 22; 24.13).

6. « Et alors paraîtront les signes » de la vérité (Mt 24, 30). D’abord le signe des cieux ouverts, ensuite le signe du son de la trompette, et le troisième signe, la résurrection des morts (Mt 24, 31; 1Co 15, 52; 1Th 4, 16)

7. non de tous, il est vrai, mais comme il a été dit : « Le Seigneur viendra et tous ses saints avec lui » (Za 14, 5).

8. « Alors » le monde « verra » le Seigneur « venant sur les nuées du ciel » (Mt 24, 30; 26, 64).

Une réponse à “La didaché”

  1. 25 02 2010
    Daniel (17:13:01) :

    tous ces points sont conformes a la doctrine de notre seigneur;

Laisser un commentaire




Choisis donc la vie... Dt... |
ESCUELA DE MAGIA DE AVALONC... |
Chercher dans ma vie Ta pré... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | A.C. MINISTRIES
| UMMA SHOP
| timothee1966